Contact : 01 71 70 24 64

Les options du Crowdfunding pour le financement des PME

Les options du Crowdfunding pour le financement des PME

Les PME et le crowdfunding

    

Le financement participatif, ou crowdfunding, existe depuis la crise financière 2007/2008. En France, ce n’est qu’à partir de 2014 que le financement participatif s’est développé. Ce mode de financement connait dès lors un succès fulgurant et une croissance exceptionnelle des fonds récoltés par les plateformes. 
 
 

En effet, le baromètre de l’Association de Financement Participatif recense près de 300 millions d’euros collectés en 2015. La création de deux statuts CIP (Conseiller en Investissement Participatif) et IFP (intermédiaire en financement participatif) par la règlementation, a revalorisé le crowdfunding et lui a donné une portée plus importante. Il s’avère que les plateformes de crowdfunding offrent la possibilité aux particuliers de diversifier leurs épargnes, en investissant sur les projets moyennant une rentabilité plus importante que les épargnes classiques ou traditionnelles proposées par les banques (de type livret A, assurance-vie…) 
 
 

En outre, les plateformes de financement participatif n’attirent pas que les particuliers ou les personnes physiques. En effet, le crédit inter-entreprises étant très limité et réservé à certains cas, les entreprises peuvent placer une partie de leur excédant de liquidité (trésorerie) via les plateformes. 
 
 

C’est donc une solution qui séduit les entrepreneurs par son attractivité, son dynamisme et présente des avantages non négligeables. 
 
 

Toutefois, il existe plusieurs formes de crowdfunding. Les principales sont :
• Le crowdlending
• Le crowdequity
• Le crowdfunding obligataire 
 
 

Le choix entre ses différents types de crowdfunding se fait en fonction de la taille et le montant du projet. Chaque déclinaison du financement participatif est adaptée à une cible précise. 
 
 

Le crowdlending permet aux entreprises d’emprunter auprès des particuliers des sommes n’excédant pas les deux cent mille euros en moyenne pour des durées ne dépassant pas le moyen terme. Ce type de financement est dédié exclusivement aux petits et moyens projets. Les plateformes de crowdlending peuvent demander des cautions et des suretés aux porteurs de projets mais ce n’est pas systématique.  
 
 

Le crowdequity est une autre branche de financement participatif très à la mode pour les startups en fort développement ou des petites entreprises très innovantes. En effet, ces dernières n’ayant pas la possibilité d’accéder aux prêts classiques elles se tournent vers les plateformes de financement participatif dédiées aux actions. La foule devient actionnaire en visant une plus-value à la revente des titres.  
 
Ce mode d’investissement est très avantageux pour les porteurs de projets car ils bénéficient de la part des investisseurs d’un réel accompagnement. En effet, les actionnaires mettent à disposition du porteur de projet leurs compétences et le réseau relationnel. 
 
En revanche cette implication importante des actionnaires n’est pas désintéressée. En retour, ils attendent un taux de rentabilité interne (TRI) annuel compris entre 15 et 30% ce qui représente un cout très élevé pour les entrepreneurs. De plus, la présence des actionnaires induit une dépendance vis-à-vis d’eux et donc une perte de contrôle sur leur activité, leur structure. Par ailleurs, ce type d’actionnariat demande beaucoup de formalismes concernant les statuts, les titres de capital, la valorisation des actions et les différents accords entre les deux partis. La question de la sortie des actionnaires constitue encore un nœud dans les négociations.  
 
 

Le crowdfunding obligataire propose aux PME de se financer via leur plateforme de financement participatif en émettant de la dette obligataire. Cette forme de financement très particulière et peu répandue, est destinée aux PME qui ont des projets dont les montants oscillent de trois cent à un million d’euros en moyenne sur des durées à moyen terme (entre 3 et 5 ans). Les PME peuvent aussi utiliser les fonds collectés librement. Contrairement aux deux précédentes branches du crowdfunding, le financement participatif obligataire est beaucoup plus flexible et souple vis-à-vis des termes et des conditions. De plus, aucune caution et sûretés ne sont demandées ce qui lui procure un atout majeur. Cependant, le crowdfunding obligataire adopte une politique de sélection de PME très drastique pour diminuer les différents risques inhérents. 
 
 

En somme, le crowdfunding est une solution de financement simple, rapide et souple mais en aucun cas elle ne remplace le prêt bancaire. On parle plutôt de complémentarité que de solutions de financement à part entière. 
 
 

Les PME « bankable » ou qui ont plusieurs partenaires bancaires sont très appréciées par les plateformes. Néanmoins, Le choix stratégique pour les PME de diversifier leurs sources de financement et donc d’avoir plus de profondeurs de fonds les rend beaucoup moins dépendantes des banques.

212 fois au total 1 fois aujourd`hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *